S’il y a une date à retenir dans l’histoire du MMA en France, c’est celle du 7 février 2020. C’est en effet ce jour-là que la ministre des Sports de l’époque, Roxanna Maracineanu, a officiellement rendu cette pratique entièrement légale et organisée à l’échelle nationale, en en confiant l’encadrement de la pratique à la Fédération Française de Boxe.

Ce n’était, dès lors, plus qu’une question de temps avant que naissent les premières organisations visant à proposer des événements en MMA. C’est désormais chose faite avec l’Hexagone MMA.

L’Hexagone MMA, qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit ni plus ni moins de la première organisation française à proposer des événements de MMA. A l’instar de la fameuse UFC, du désormais réputé ONE Championship et d’une myriade d’autres organisations similaires, nationales ou internationales, l’Hexagone MMA propose des soirées de combats et un classement des meilleurs sportifs évoluant en son sein.

Une organisation en pleine ascension

L’Hexagone MMA voit donc le jour très récemment. Ce n’est que début mai 2011 que sa communication est vraiment lancée, en vue de la promotion de son tout premier événement : l’Hexagone MMA 1.

Celui-ci s’est tenu le 9 juillet 2021 et on a d’office vu grand, très grand. C’est en effet la Paris La Défense Arena, située à Nanterre, qui a accueilli cette soirée initiale. Plus grande salle couverte d’Europe pouvant recevoir jusqu’à 40 000 spectateurs, l’emploi de celle-ci témoigne de l’attente suscitée jusque là en France par un sport dont le nombre d’adeptes est déjà plus que conséquent.

Lancement très réussi ayant offert de beaux combats et la naissance de nouveaux enjeux d’avenir pour ces sportifs encore trop peu visibles dans l’espace médiatique français. Mais heureusement, cela est en train de changer.

Premiers combats, premier champion

L’Hexagone MMA 1 a donné lieu à six combats. Pour la première fois, des combattants français à la carrière déjà conséquente ont pu se produire sur leur propre territoire.

La soirée a notamment vu la consécration de Gael Grimaud, devenu le premier champion HMMA en -84kg grâce à une victoire impeccable, obtenue par soumission dès la première reprise sur le Portugais Falco Neto Lopes. C’était le 28e combat du Français (21-7-0).

L’occasion a ainsi été donnée à des figures françaises du MMA de se faire enfin bien connaître du public national. Comment, par exemple, ne pas citer Flore Hani, première combattante issue de la Polynésie française et qui a remporté là sa quatrième victoire sur cinq combats ? Ou Karl « Psycho » Amoussou, qui évolue dans le milieu depuis 2006, présente un palmarès impressionnant de 27-9-2 et a remporté ses combats aussi bien à l’HMMA 1 qu’à l’HMMA 2 ?

Des événements désormais réguliers

Ce coup d’essai s’étant avéré être un coup de maître, l’Hexagone MMA a pu continuer sereinement sur sa lancée, suivi par un public enthousiaste. Un second événement vient de se terminer et l’affiche du prochain est, bien sûr, déjà disponible.

Un bilan de l’Hexagone MMA 2

Le 30 octobre suivant, rebelote. Six combats, cette fois au Zénith de Paris.

Karl Amoussou, déjà vainqueur du Lituanien Vitolas Jagelo par disqualification à l’HMMA 1, a offert une double satisfaction à son public. D’abord en s’imposant par soumission, et avec brio, face au Brésilien André Ricardo Chaves Santos, auquel il a infligé une clef de jambe parfaitement placée. Ensuite en devenant ainsi le second champion de l’organisation, cette fois dans la catégorie des -77kg.

Autre vieux routier du MMA : Gregory « Blade » Babene l’emporte lui aussi, cette fois par soumission, et enrichit ainsi son palmarès à 21-11-1. Victoire par soumission également de la part d’un Français bien moins expérimenté (8-2-0) mais qui a su offrir un spectacle de haute volée : William Gomis confirme ainsi son excellent niveau face au Togolais Baba « Zeus » Nadjombe.

Très attendu était aussi le combat de Lucie Bertaud, rendue célèbre par sa participation à une très populaire émission de télévision. Déception cette fois, puisqu’elle a été battue par TKO. Il faut dire que l’écart d’expérience n’était pas mince entre elle et son adversaire. Professionnelle depuis 2016, Bertaud présente un palmarès de 3-3-0. La bouillante Vénézuélienne Karla « The Warrior of God » Benitez, quant à elle, est en action dans les octogones depuis 2007 et affiche rien moins que 20-15-2. Certes une belle occasion manquée, pour la Française, de s’imposer dans sa catégorie : elle aura cependant bien d’autres occasions de performer.

Si Laetitia Blot termine le troisième combat de sa carrière par un match nul, Damien Losco Remy, qui menait aussi son troisième combat, remporte quant à lui une victoire par TKO. Si cet HMMA 2 n’a pas été particulièrement favorable aux Françaises, il semble donc en revanche que que « Hitman » mérite son surnom.

Prochains événements

Si le détail de l’Hexagone MMA 3 n’a pas encore été communiqué, son affiche est déjà disponible sur le site de l’organisation et promet, bien sûr, un spectacle dans la droite ligne des deux premiers événements.

Aussi et surtout, il va contribuer à structurer la hiérarchie des combattants évoluant au sein de l’organisation. Grâce aux deux premiers événements, un passif a en effet été créé, des noms se sont imposés, certains matchs retours commencent naturellement à paraître souhaitables.

Ce n’est donc pas pour rien que les noms distingués en 2021 sont mis en avant : Gael Grimaud, Damien Losco Remy, Karl Amoussou, Laetitia Blot. Voilà qui promet des enjeux. Losco Remy et Blot, notamment, demeurent invaincus avec respectivement trois et deux victoires : chacun se demande quel sera l’avenir sportif de ces deux remarquables combattants.

L’événement sera aussi et surtout le premier durant lequel un champion HMMA défendra son titre : en l’occurrence, Gael Grimaud dans la catégorie des -84kg.

L’Hexagone MMA 3, enfin, sera le premier événement à avoir lieu hors de Paris. Il se tiendra en effet le 22 février 2022 à la Reims Arena. Voilà aussi qui promet pour tous les fans du territoire, qui savent désormais que, tôt ou tard, un événement de MMA se tiendra près ou pas trop loin de chez eux.