Georges St. Pierre – Champion de MMA

MMA Georges st pierre

Nom : GEORGES ST. PIERRE

Surnom : Rush
Date de Naissance : 19/05/1981
Nationalité : Canadien
Taille : 177.80 cm (5’ 10’’)
Catégorie MMA : poids mi-moyens (Welterweight) – poids moyens (Middleweight)
Style de combat : karaté Kyokushin , jiu-jitsu brésilien, lutte olympique, la boxe, la boxe thaï

Petite biographie

Georges St-Pierre est né à Saint-Isidore, au Québec, Canada. C’est l’enfant aîné de Roland et de Paulyne St-Pierre et a deux sœurs plus jeunes. Pour survivre dans un milieu scolaire hostile (intimidation, taxage, etc.), ainsi que d’avoir une plus grande confiance en soi, dès l’âge de 7 ans, son père l’initia à la pratique du karaté. Par ailleurs, il se passionna pour les échecs, et était particulièrement doué car à ses 10 ans, il figurait même parmi les tops 25 des jeunes au Québec. Cependant, il a arrêté cette activité assez tôt pour se consacrer totalement aux arts martiaux. À tout juste 12 ans, ce prodige atteignait déjà le grade de 2e Dan en karaté kyokushin. Il continuait le karaté jusqu’à ce que son professeur, Jean Couture, décède d’un cancer du poumon.

Son rêve de devenir un combattant d’arts martiaux mixtes est né après avoir regardé un combat de Royce Gracie lors de l’UFC 1 en 1993. Optimisant tous les atouts, il décida de devenir un athlète MMA. En parallèle, entre les études, l’entraînement et les petits boulots qu’il a enchainés pour gagner sa vie (éboueur, de poseur de planchers et de videur dans un club montréalais), sa motivation pour attendre son objectif ne fléchissait jamais.

En grandissant, Georges St-Pierre ajouta à ses expériences d’autres disciplines, dont, la boxe, la lutte, le jiu-jitsu brésilien et la boxe thaïe. C’est à l’âge de 16ans qu’il entama son premier combat amateur avec en assommant son adversaire avec un coup de pied à la tête.  Le petit garçon qui se faisait persécuter à l’école devint alors un grand combattant qui enchaînant palmarès et records (Champion canadien du TKO, champion du monde des mi-moyens de l’UFC en 2006). Après une défaite en 2007, Georges perdit sans titre, mais le regagna en 2008. Depuis, il est resté invaincu.

Après un break de 4 ans pour des raisons personnelles, il revient en force le 4 novembre 2017 lors du gala UFC 217 et gagne le titre de champion du monde des poids moyens de l’UFC face à l’anglais Michael Bisping avec une victoire par soumission au 3e round. Cette victoire lui confère la réputation d’être le quatrième combattant de l’histoire de l’UFC à avoir détenu le titre de champion du monde dans deux catégories de poids différentes.

En cause des symptômes d’une colite ulcéreuse, ce grand champion de MMA annonça sa retraite officielle du UFC le 21 février 2019 lors d’une conférence de presse tenue au Centre Bell, à Montréal.

[bzkshopping keyword= »sport mma jeux » count= »10″]

Carrière professionnelle en MMA

Débuts dans les arts martiaux mixtes

Après la mort de Jean Couture qui était son professeur de Karaté, c’est l’ouragan français, Kristof Midoux, qui daigne le laisser continuer son entraînement dans son club. Il entama son premier combat MMA amateur en 1997 et le gagna en assommant son opposant d’un coup de pied à la tête.

Georges St-Pierre continua ses études au cégep Edouard-Montpetit à Longueuil, au Québec après le secondaire. Sa détermination à réaliser son rêve est sans faille. En effet, jonglant déjà entre étude et entraînement, il doit aussi gagner sa vie en effectuant différents boulots, notamment, d’éboueur, de poseur de planchers et de videur dans un club montréalais.

C’est à l’âge de 20 ans, que Georges St-Pierre décida de se concentre corps et âme à sa carrière de combattant professionnel.

[bzkshopping keyword= »sport mma jeux » count= »10″]

Universal Combat challenge

Le 25 janvier 2002, Georges St-Pierre commença sa carrière professionnelle avec l’UCC 7. Son premier adversaire est le combattant Salvadorien Ivan Menjivar appelé « The Pride of El Salvador ». Ce combat s’est déroulé à l’Auditorium de Verdun à Montréal, au Québec. Georges St-Pierre n’entama même pas le deuxième round pour mettre son adversaire KO. Cette victoire est suivie des trois autres lors de l’UCC 10-11-12 contre Justin Bruckmann, Travis Galbraith, Thomas Denny.  Avec TKO 14 « Road Warriors » à Victoriaville, au Québec, le 29 novembre 2003, il affronta l’Américain Pete Spratt pour se solder par une victoire au premier round.

Carrière à l’UFC

Lors de la 46e édition de l’UFC à Las Vegas, au Nevada, le 31 janvier 2004, la renommée de Georges St-Pierre aux UCC lui conféra une place pour mettre en avant ses capacités.  Tous ses efforts et expériences lui ont assuré une victoire par décision contre le favori Amenien Karo Parisien. Et, après sa victoire face à l’Américain Jay Hieron, le 19 juin 2004, Georges St-Pierre concourt au titre de champion mi-moyen de l’UFC à Atlantic City, au New Jersey contre l’Américain Matt Hughes.

Georges St-Pierre perdit son premier combat professionnel contre Matt Hughes au premier rond, le 22 octobre 2004 par soumission (clé de bras.). Après, il enchaîna les victoires avec TKO 19, UFC 52, UFC 54, TKO. Cela lui a permis d’arriver à un combat inédit contre l’Américain BJ Penn à l’UFC 58 du 4 mars 2006. Lors de cette édition, 8 combattants canadiens s’opposent à 8 combattants américains. Seuls 2 Canadiens ont pu gagner son combat dont Georges St-Pierre.

Sa prouesse lors à l’UFC 58 offre à Georges St-Pierre une revanche contre Matt Hughes à l’occasion de l’UFC 65, le 18 novembre 2006.  Cette victoire lui offre le titre de champion mi-moyen de l’UFC. Toutefois, il perd dès son premier combat pour défendre son titre, le 7 avril 2007, contre l’Américain Matt Serra, c’est donc sa deuxième défaite professionnelle. Après une blessure au dos, Matt Serra est obligé se retirer de l’UFC 79, ce qui permet à Georges St-Pierre de disputer le titre mi-moyen contre Matt Hughes, au Championnat du 29 décembre 2007. Après avoir battu Matt Hughes, il poursuit victoire après victoire et gagne même sa revanche contre Matt Serra le 19 avril 2008 par KO à Montréal, pendant de l’UFC 83.

Durant l’UFC 129 de 2011 au Rogers Centre de Toronto, Georges St-Pierre s’illustre parmi les favoris aux têtes d’affiche. Le succès de cet événement est tel qu’il arriva à attirer jusqu’à 55 724 spectateurs, soit le deuxième public le plus nombreux de l’histoire de l’UFC, et bat le record du combat le plus lucratif de l’UFC à l’extérieur des États-Unis avec environ 12 millions de dollars américains.

[bzkshopping keyword= »sport mma videos » count= »10″]

Hiatus

Étant au sommet de sa réputation, Georges St-Pierre décide quand même de faire une pause de l’UFC après sa victoire contre l’Américain Johny Hendricks le 16 novembre 2013. De ce fait, il doit céder son titre de champion mi-moyen. C’est le 12 septembre 2017 que Georges St-Pierre explique la raison de son retrait du ring dans une entrevue avec Newsday : « Je ne suis pas parti à cause d’une blessure physique. Le problème se trouvait dans ma tête. Trop d’anxiété, de nervosité. Je n’arrivais pas à bien dormir. Je me sentais claustrophobe. Je vivais trop de pression. »

Retour sur le ring

Après avoir repris le poil de la bête, le 4 novembre 2017, Georges St-Pierre décide de faire un grand retour et gagne le titre de champion poids moyens de l’UFC à Michael « The Count » Bisping, de l’Angleterre lors de l’UFC217 par soumission (étranglement arrière). Cependant, Il doit encore céder son titre un mois plus tard à cause des symptômes d’une colite ulcéreuse.

Retraite de la compétition

Le 22 février 2019, Georges St-Pierre fait une annonce officielle de sa retraite de l’UFC au Centre Bell, à Montréal.

Palmarès et records

Durant toute sa carrière professionnelle, Georges St-Pierre a effectué 28 combats, dont 26 gagnés et 2 perdus. Il a infligé 8 KO, 6 soumissions et 12 défaites sur décision à ses adversaires. En revanche, il a subi 1 KO, 1 défaite par soumission.

Il a remporté les palmarès suivants :

  • Athlète canadien de l’année, Rogers Sportsnet (2008, 2009, 2010)
  • Combattant de l’année (arts martiaux mixtes), Black Belt Magazine (2008)
  • Combattant de l’année, Sports Illustrated (2009)
  • Combattant de l’année, World MMA Awards (2009)
  • Meilleur retour au combat de l’année, Sherdog (2017)
  • Meilleur retour au combat de l’année, MMAjunkie.com (2017)